10 choses à retenir sur les dons spirituels

Quand on parle des dons de l'Esprit, on a tendance à en isoler certains pour les étudier en détail, ou pour les mettre en avant. Souvent, on se focalise sur les diverses positions au sein de l'évangélisme, en oubliant l'enseignement général du Nouveau Testament sur les dons.

Cet article veut lister 10 choses à retenir en général, quelle que soit notre position sur la question de certains dons en particulier.

1. Les dons sont l’expression de la grâce de Dieu

(Rm 12.6; 1 Pi 4.10)

Comme toute chose dans la vie, ses dons sont l’expression de sa grâce. Cela nous maintient (1) dans l’humilité: nous ne pouvons prétendre mériter quoi que ce soit et (2) dans la reconnaissance: puisque les dons sont l’expression de sa grâce, notre louange doit monter à Dieu pour les dons qu’il nous a faits.

 

2. Les dons sont distribués par Dieu (trinitaire), selon sa souveraineté

(Rm 12.6; 1 Co 12.4-6, 11, 28; Ep 4.11)

Dieu donne ce qu’il veut à qui il veut. Sa souveraineté est totale en toute chose, y compris dans la distribution des dons. Dans sa parfaite sagesse, parfaite bonté et parfaite grâce, il donne à chacun selon son bon vouloir. Nous devons nous soumettre parfaitement à sa souveraineté, en reconnaissant la richesse de sa grâce à notre égard.

 

3. Tous les chrétiens ont un don

(1 Co 12.7, 12.11; 1 Pi 4.10)

La Bible est claire: « Que chacun de vous mette au service des autres le don qu’il a reçu » (1 Pi 4.10). On peut se demander quel don Dieu nous a donné, mais pas si nous avons, ou non, reçu un don. Tous les chrétiens ont un don, qu’ils doivent exercer.

[Tweet « Tous les chrétiens ont un don, qu’ils doivent exercer. »]

 

4. Aucun chrétien ne possède tous les dons

(1 Co 12.29-30; Rm 12.6)

L’autre extrême serait de penser qu’on peut avoir tous les dons. Une espèce de super-chrétien! Là encore, la Bible est claire: tous les chrétiens n’ont pas le même don (1 Co 12.29-30). Cette vérité biblique nous garde de 2 pièges: (1) de se croire indispensable: nous avons besoin les uns des autres, (2) de penser que tous les chrétiens devraient avoir un don particulier en commun. La Parole est claire: personne ne peut attendre des chrétiens qu’ils aient tous le même don. Dans sa grâce et sa sagesse, Dieu a décidé que l’Église serait comme un corps (1 Co 12.14-26), où personne ne peut se penser soit indispensable, soit inutile.

À ce propos, j’aime cette citation:

En résumé, la voix de la fausse modestie dit: Je ne suis bon à rien, tu n’as pas besoin de moi tandis que la voix de la vanité dit: Tu n’es bon à rien, je n’ai pas besoin de toi. Mais la voix de Dieu dit: Vous avez besoin l’un de l’autre. Les dons que Dieu nous a faits et les dons qu’il a faits aux autres sont tous importants et nécessaires.

John Stott, Du baptême à la plénitude, p. 115

 

5. Les chrétiens devraient rechercher à exercer leur(s) don(s)

(1 Pi 4.10; 1 Tim 4.14)

Si Dieu nous a donné un don, nous devons chercher à le glorifier avec. Les dons servent (1) à glorifier Dieu (point 8) et (2) à édifier l’Église (point 6). Nous devrions rechercher activement des moyens de nous servir de nos dons, comme de bons intendants. Nous ne devrions pas chercher à éviter de servir dans des domaines et pour des services qui ne requièrent pas de dons particuliers. Mais, à l’inverse, ce serait mauvais de ne pas servir là où notre don ne pourrait pas s’exprimer.

 

6. Les dons sont distribués en vue du bien commun

(1 Co 12.7; 1 Pi 4.10)

pour l’édification de l’Église

(1 Co 14.12, 26)

Les dons de Dieu ne sont pas pour notre bien personnel. Ce n’est pas pour notre réputation, notre bien-être ou notre développement personnel que Dieu nous fait la grâce de ses dons. Ce que Dieu nous donne, il nous demande de le mettre au service des autres. Nous faisons partie d’un corps et chaque membre est nécessaire. Un membre tout seul ne sert à rien.

[Tweet « Un membre tout seul ne sert à rien. »]

 

7. La diversité des dons doit manifester l’unité du corps de Christ

(1 Co 12.4-6, 12-25; Ep 4.16)

Le chapitre 12 de la première épitre aux Corinthiens développe cette idée de l’Église comme le corps de Christ (1 Co 12.12). Tout le chapitre met l’accent sur l’unité. Ce n’est pas un hasard si Paul a lié de manière si ténue son développement des dons dans l’Église de Corinthe et l’unité des chrétiens de l’Église. L’unité était un problème dans cette Église, au point que l’apôtre doive aussi rappeler que l’unité se manifeste dans le repas du Seigneur, au chapitre juste avant (1 Co 11.33 et 1 Co 10.16-17).

 

8. L’exercice des dons doit glorifier Dieu par Jésus-Christ

(1 Pi 4.11)

Notre but, en tant qu’humain, est de glorifier Dieu. De tout faire pour sa gloire (1 Co 10.31). TPSG. L’exercice de nos dons participe à cette mission de glorifier Dieu. C’est en recherchant à utiliser nos dons pour le bien commun, en vue de l’édification de l’Église, que nous pourrons glorifier Dieu.

 

9. Les chrétiens devraient exercer leur(s) don(s) avec largesse

(Rm 12.8)

De la même manière que Dieu a été généreux avec nous, nous devrions exercer nos dons avec générosité (Rm 12.8). Nous devrions être connus pour l’empressement et le zèle avec lesquels nous servons. Dieu nous a bénis richement, bénissons richement!

[Tweet « Dieu nous a bénis richement, bénissons richement! »]

 

10. L’exercice des dons se fait avec la force que Dieu nous donne

(1 Pi 4.10)

Ce que Dieu nous demande, Dieu nous rend capables de le faire. Pierre nous rappelle que c’est grâce à Dieu que nous pourrons exercer notre ministère, et c’est ainsi que Dieu sera glorifié (1 Pi 4.10). Parfois, nous serons tentés de nous appuyer sur nos dons, en oubliant que c’est Dieu qui nous permet de les exercer pour sa gloire. Nous risquons alors de tomber dans le légalisme, en pensant que nous devons servir pour mériter quelque faveur de Dieu, ou dans l’orgueil, en pensant que nous pouvons servir Dieu sans son secours.

Savoir que Dieu nous donne lui-même la force de le servir avec les dons qu’il nous a donnés nous garde (1) dans l’humilité, conscients que sans lui nous ne pouvons rien et (2) dans l’assurance,  certains qu’avec lui, nous pouvons répondre à ce qu’il nous demande. Cette attitude nous maintiendra dans une dépendance qui reconnait en Dieu la fin et les moyens.

Bien sûr, cette liste n’est pas exhaustive. Quels points rajouterais-tu? Dis-le dans les commentaires!

Matthieu Giralt

Disciple de Jésus-Christ, Matthieu est marié à Alexandra. Il est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux et de l’Institut Biblique de Genève. Pasteur dans une Église à Étupes. Étudiant à la Faculté de Théologie Jean Calvin. Il fait aussi partie de Majestart. Ses sujets favoris? La #culture, l’#art, la #mission, et parler de Jésus!

Articles pouvant vous intéresser

  • Marc Jutras

    Dans 1co12:31 Paul dit 31* Aspirez aux dons les meilleurs.
    Il y a donc des dons meilleurs que d’autre ! Et Paul de continuer…

    Et je vais encore vous montrer une voie par excellence. Il enchaine avec 1co13…. L’AMOUR.

  • Guy

    J’aime bien cet article, en peu de mots le principal est dit. Merci.
    Quel est mon don ? Question que j’entends fréquemment. Nous avons plus tendance à nous occuper de NOS dons que du Donateur. Ma réponse est souvent la suivante: Commence par faire ce que le Seigneur place devant toi, reste attaché au Cep (Jean 15:5) et le reste suivra. Expérience faite. Il ne faut pas non plus confondre les qualités naturelles que le Seigneur nous donne avec les dons que l’Esprit distribue (1 Cor 12:4-6).

  • Olivier

    Merci pour l’article, clair, précis, détaillé.
    L’exercice des dons se fait en effet avec amour, comme cela a été dit. La structure de 1 Corinthiens 12-14 montre bien, avec le chapitre 13 au centre, que l’élément le plus important se trouve au centre, l’amour.
    En comparant les textes concernant les dons, on s’aperçoit que les listes ne sont pas toutes les mêmes. On peut penser qu’il n’y a pas nécessairement une liste exhaustive et fermée de dons.