Devrions-nous vouloir que Dieu opère des miracles dans notre vie?

Est-ce que le monde se divise en deux catégories: 1) ceux qui affirment que nous devons nous attendre à ce que Dieu opère des miracles dans notre vie et 2) ceux qui pensent que Dieu ne fait plus de miracles? Est-ce que les premiers ont plus de foi que les deuxièmes? Est-ce que les deuxièmes enferment Dieu dans une boite? Qui a raison?

John Frame, dans sa théologie systématique, aborde la question en regardant la place des miracles dans l'histoire de la rédemption. Il conclut que Dieu ne fait pas tout le temps des miracles, et que lorsqu'il en fait, ils ont une raison particulière.

Est-ce que Dieu donne des dons miraculeux à l’Église aujourd’hui? Nous devrions nous rappeler que les miracles sont assez rares dans l’histoire biblique. Des centaines d’années ont passé dans l’histoire biblique sans aucune mention de miracles. À l’évidence, Dieu n’a pas prévu que les miracles soient une partie normale de la vie de son peuple. Les miracles apparaissent à des moments spéciaux, quand Dieu accomplit une grande œuvre de salut ou de jugement. Nous lisons que Dieu fait beaucoup de miracles au temps de Moïse, au temps d’Élie et d’Elisée, et dans le ministère terrestre de Jésus et des apôtres. Au temps des apôtres, les miracles avaient un rapport particulier avec le témoignage des apôtres concernant Jésus. En 2 Corinthiens 12.12, ils sont appelés « Les signes distinctifs de l’apôtre ». Dans ce texte, Paul fait référence à ses miracles pour prouver qu’il était un vrai apôtre. Son argument ne serait pas vraiment fort si tout le monde était capable de faire des miracles. Plutôt, il présuppose que les miracles sont un don spécial fait aux apôtres, pour les identifier comme messagers de Dieu tout autour du monde, où ils prêchaient Christ. Hébreux 2.4 parle « des signes, des prodiges, des miracles variés » qui appuyaient le message des apôtres.

Il apparait alors que les dons plus miraculeux étaient donnés aux apôtres dans la période du Nouveau Testament et aux prophètes comme Moïse, Élie ou Élisée dans l’Ancien Testament. Il n’est cependant pas question qu’ils aient été les seuls au monde capables de miracles. Mais Dieu permettaient aux prophètes et aux apôtres de faire beaucoup de miracles, pour montrer à tout le monde que Dieu les avait choisis.

Pour nous, nous ne disons pas que nous ne devrions pas nous attendre à des miracles de la part de Dieu. Mais ils ne sont pas la norme dans la vie chrétienne. Ils peuvent arriver, certainement, au bon plaisir de Dieu, et nous devons être reconnaissants quand c’est le cas. Comme indiqué aux chapitres 7-9 [de son livre NDLR], dans un certain sens, même la providence générale de Dieu est miraculeuse. Mais nous ne devrions pas demander des miracles ou être en colère envers Dieu quand il choisit de ne pas en faire pour nous. Même Paul n’était pas capable d’opérer des miracles en tout temps, par exemple le Seigneur a refusé de répondre à sa prière pour sa propre guérison (2 Co 12.7-9).

Extrait de: John M. Frame. « Systematic Theology: An Introduction to Christian Belief. », pp. 1520-1521

Matthieu Giralt

Disciple de Jésus-Christ, Matthieu est marié à Alexandra. Il est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux et de l’Institut Biblique de Genève. Pasteur dans une Église à Étupes. Étudiant à la Faculté de Théologie Jean Calvin. Il fait aussi partie de Majestart. Ses sujets favoris? La #culture, l’#art, la #mission, et parler de Jésus!

Articles pouvant vous intéresser

  • Merci Matthieu ! J’aimerais bien que tu approfondisses la question du sens des miracles par rapport aux apôtres : Preuve de leur apostolat, don spécial, moyen d’appuyer le message. John Frame dit : « Son argument ne serait pas vraiment fort si tout le monde était capable de faire des miracles. »
    Beaucoup contestent cet argument, et réclament aussi ce moyen d’appuyer le message. Que leur répondre ?

  • Richard H.

    Parler une langue que l’on a jamais apprise est incontestablement un miracle.

    Or, au moins 50% des chrétiens pentecôtistes parlent et prient régulièrement en langues ; et le nombre de ces chrétiens pentecôtistes est lui même supérieur à 50% des effectifs évangéliques. Nous arrivons donc à un minimum de 25% expérimentant fréquemment un phénomène surnaturel provoqué par le Saint Esprit.

    Rien qu’en France en supposant 600 000 évangéliques, il arrive par conséquent 150000 miracles par jour, ou par semaine, peu importe, ce n’est pas ce qui s’appelle être rare.

    Il n’y a qu’une alternative : soit 150 000 personnes parlent en langues en France et John Frame se trompe lorsqu’il affirme que les miracles sont rares ; soit John Frame a raison, et dans ce cas l’écrasante majorité des 150000 parlers en langues allégués sont faux et faussement attribués au Saint Esprit.

    Dans les deux cas, y a comme un défaut…