Évangile et minimalisme

En 2007, Dave Bruno, un entrepreneur dépassé par tout ce qu’il possède, décide de réduire la liste de ses possessions à 100 objets. Son expérience part du constat que la société moderne occidentale vit dans l’excès et pose la question de savoir ce qui est réellement nécessaire pour mener une vie heureuse et accomplie.

Depuis, des dizaines de livres, de blogs, de magazines et de vidéos parlent de ce mouvement qu’on appelle « minimalisme. »

On devrait plutôt parler de « minimalismes », au pluriel. Selon les auteurs et les approches, on va se concentrer sur :

  • l’élimination de tout ce qui encombre (Béa Johnson),
  • ce qui est essentiel (Léo Babauta),
  • la valeur affective des objets (Marie Kondo).

Mais quelque soit l’approche, le minimalisme fait écho à des besoins profonds, ancrés en chacun de nous. Le minimalisme interroge sur ce que c’est d’être humain, ce qui rend la vie digne d’être vécue et ce qui donne un sens à notre existence.

Au fond, le minimalisme nous place devant quelques grandes questions existentielles : Quel est notre but ? Comment être heureux ? Comment bien vivre ?

Joshua Fields Millburn et Ryan Nicodemus avaient tout ce que le rêve américain promet : un gros salaire, une grosse maison, une grosse voiture. Mais, en dépit de tout cela, ils posent le constat suivant : « Et pourtant, avec toutes ces choses, nous savions que nous n’étions pas satisfaits de nos vies, nous n’étions pas remplis. »

Ils entament leur livre Minimalism, live a meaningful life (“Le minimalisme : vivre une vie qui a un sens”) avec ces mots :

Nous cherchons tous la même chose : comment vivre une vie qui a plus de sens. […] Les possessions matérielles que nous accumulons ne nous rendrons pas heureux. Nous savons tous cela et pourtant, nous cherchons souvent un sens à notre vie par l’accumulation de plus de possessions. Le vrai bonheur pourtant, vient de qui nous sommes.

Les minimalistes montrent tous que nous avons un problème avec l’accumulation d’objets. Quelque part, ils remarquent que nous recherchons le bonheur et la sécurité dans ce que nous possédons. Les minimalistes ont aussi raison en disant que ce que nous possédons finit par nous posséder.

Lire la suite sur Vision Mundus

 

Mise à jour du 19.03.2018: j’ai enregistré un podcast avec les amis du blog LeBonCombat dans le même thème, qui pourrait t’intéresser

Abonne-toi à ma newsletter

Ne rate aucun de mes articles et reste connecté à l'actualité de mon blog

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Powered by ConvertKit

Matthieu Giralt

Disciple de Jésus-Christ, Matthieu est marié à Alexandra. Il est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux et de l’Institut Biblique de Genève. Pasteur dans une Église à Étupes. Étudiant à la Faculté de Théologie Jean Calvin. Il fait aussi partie de Majestart. Ses sujets favoris? La #culture, l’#art, la #mission, et parler de Jésus!

Articles pouvant vous intéresser

Formation gratuite:
Connaitre les différentes visions du monde

15 jours pour connaitre les visions du monde dans le but de mieux communiquer l'Evangile.
close-link