Je suis allé voir le film « Noé »

Je suis allé voir le film « Noé ». J’avais entendu et lu pas mal de choses, mais je préférais voir par moi-même ce film qui semble tant diviser l’opinion. Voilà mes impressions.

Pourquoi aller voir le film ?

La bonne question serait plutôt : «Pourquoi ne pas aller le voir?». Une adaptation d’un récit biblique, un bon casting, des effets spéciaux faits par les meilleurs, un trailer prometteur sont autant de raisons qui m’ont donné envie d’aller le voir. Mais la raison principale est autre. Je savais que beaucoup iraient le voir et que ce serait l’occasion de parler du film, donc de la Bible, donc de Dieu. 

Devrait-on aller voir tout et n’importe quoi au cinéma sous prétexte qu’on peut ensuite en parler avec les gens ? Non, loin de là. Abstenons-nous de ce qui est dégradant, vulgaire et qui nous salit. Mais là, on parle de Noé. Quand bien même l’auteur s’éloignerait un peu – ou plus – de l’histoire originale, je savais – en gros – à quoi m’attendre.

Ce qui m’a dérangé dans le film

À l’inverse de certains, je ne suis pas allé voir le film en m’attendant à ce qu’il soit fidèle à la virgule au texte biblique. Après tout, il s’agit d’une adaptation. Si le producteur ne veut pas faire une adaptation littérale, les différences entre le matériau de base et l’adaptation vont choquer, comme pour l’adaptation d’un roman ou d’un comic. En ce qui concerne la Bible, les attentes sont encore plus grandes, et c’est légitime. Mais je sais que le réalisateur n’est pas chrétien et donc qu’il prendrait des libertés. En connaissant le texte, je savais qu’il aurait à remplir des vides, ce qu’il a fait en empruntant des matériaux extra-bibliques.

Ce qui m’a dérangé le plus est ce qui se voit peut-être le moins. Ce ne sont pas les éléments les plus gros – par exemple les veilleurs – qui apparaissent facilement comme étrangers au texte original ou d’autres écarts dans le récit. Jouer au «jeu des 77 erreurs» est facile ici. 

Ce qui m’a dérangé c’est plutôt la théologie du film. Il y a de la théologie dans chaque film (si si), mais particulièrement dans une adaptation d’un récit biblique. Le spectateur s’attend donc à ce qu’on lui parle de Dieu. Dans le cas de Noé, la théologie est dans l’histoire.

Deux questions sont utiles pour analyser ce film – et d’autres: 1) que dit le film sur Dieu ? et 2) que dit le film sur l’homme ? 

À la lumière de la Bible, tous les personnages du film ont une théologie bancale. 

Noé a une mauvaise vision de la nature par exemple. Même s’il exprime sa révérence au Créateur par le soin qu’il accorde à la terre et au mandat qui a été confié à l’homme, il a une vision plus proche de l’écologie que de la Bible. Il élève la nature au-dessus des hommes et a une vision utilitaire de la Création. Par exemple, les fleurs n’ont été créées que pour être utiles dans l’écosystème. Exit – presque – la beauté de la Création. Sa vision amoindrie de l’humanité créée en l’image de Dieu lui fait oublier que Dieu a couronné l’homme de gloire et l’a fait de peu inférieur à Dieu, dominant le reste de la Création. Sa vision de la colère divine lui fait perdre de vue que si Dieu les a épargné dans sa grâce, c’est pour qu’ils vivent et non qu’ils meurent.

Alors que Noé rabaisse l’humanité au-dessous des animaux, Tubal-Caïn élève l’homme au-dessus de Dieu. Paradoxalement, il justifie la place de l’homme par le mandat culturel. Il se sert de la Création pour justifier sa vision de la place l’homme dans le monde mais oublie son statut de créature. Mais finalement, cette vision rejoint ce que la Bible dit au sujet de l’homme déchu (cf. Romains 1.18-32).

Ce que j’ai aimé dans le film

La force du cinéma, c’est de mettre en image. En voyant le film, je me suis dit encore une fois qu’il fallait que je fasse l’effort, quand je lis ma Bible, de m’approprier le texte. L’adaptation est un exercice d’interprétation. Il force à lire le texte, parfois en creux. Qui a déjà pensé aux cris des hommes quand l’eau les submergea ? 

Je trouve que le film parle assez justement du péché de l’homme. À un moment donné, Noé parle du péché qui est à l’intérieur de chacun. Le péché de l’homme est assez clairement dépeint et son origine aussi. Tubal-Caïn veut clairement prendre la place de Dieu et créer des hommes à son image. Il veut s’affranchir du règne de Dieu pour être autonome. Chose intéressante, alors que Tubal-Caïn désobéit ouvertement à Dieu, il lui reproche quand même de ne pas plus se révéler à lui. Le film montre de manière clair que c’est le péché de l’homme qui a conduit au déluge. 

Une première impression m’avait fait regretter l’aspect peut-être simpliste de la foi de Noé. Quand j’imagine l’ordre que Dieu lui donne de construire l’arche, j’imagine tout ce par quoi Noé a pu passer. Quand Dieu nous demande d’obéir à quelque chose qui nous dépasse, il nous faut parfois lutter. Bien sûr, le texte ne nous dit rien des sentiments de Noé, mais cela aurait été une bonne opportunité de montrer l’humanité de Noé et la réalité de la foi.

Mais en y réfléchissant mieux, je trouve que le film, par son montage, montre la mauvaise théologie de Noé. Noé ne comprend pas la grâce de Dieu et maintient que tout le monde doit mourir, lui et sa famille. Mais la fin du film montre que tout repart et que le mandat donné à Adam et Ève est maintenant donné à Noé et sa famille. 

Le jugement et la grâce

Si vous avez vu le film, ne passez pas votre temps à relever les erreurs – il y en a beaucoup ! Parlez-en à vos amis et ouvrez la Bible avec eux. Racontez-leur la vraie histoire de Noé. Expliquez-leur ce qu’elle signifie pour nous aujourd’hui. Parlez-leur du péché et du jugement. Parlez-leur de la Croix et de la grâce. Partagez l’Évangile !

Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Abonne-toi à ma newsletter et ne rate aucun de mes articles

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Consultez notre politique de confidentialités ici.
Pas de spam, promis. Powered by ConvertKit

Matthieu Giralt

Disciple de Jésus-Christ, Matthieu est marié à Alexandra. Il est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux et de l’Institut Biblique de Genève. Pasteur dans une Église à Étupes. Étudiant à la Faculté de Théologie Jean Calvin. Il fait aussi partie de Majestart. Ses sujets favoris? La #culture, l’#art, la #mission, et parler de Jésus!

Articles pouvant vous intéresser

12 thoughts on “Je suis allé voir le film « Noé »

  1. grosdim dit :

    Tu as bien résumé ce que je pense de ce film. Ce qui m’a aussi dérangé c’est le coté écolo effectivement de Noé, et le coté « carnivore ou cannibale » des descendants de Cain. En gros, Dieu serait bon pour les écolos et mauvais avec les autres. Il y’a un message subliminal tendance écolo dans ce film.
    Mise à part cela, j’ai trouvé que l’auteur a quand même gardé quelques détails bibliques de manière exacte (par exemple la généalogie que j’ai été vérifié) et ce que j’ai énormément apprécié dans le film le récit de la création. Cela, ce que je trouve dommage, personne ne le mentionne. Après, il y’a aussi le fait que le nom de Dieu ne soit pas cité. On l’appelle le Créateur. Des petits détails comme cela.

  2. Je rejoins tout à fait l’analyse. S’il est normal de remplir les blancs du récit, d’étoffer les personnages, voire d’ajouter des intrigues complémentaires (qui tiennent plutôt bien la route, notamment toute l’histoire autour du personnage de Cham), la vision théologique sous-jacente prête à confusion, comme tu l’as très bien exposé. Le caractère très lointain de Dieu m’a aussi gênée, surtout au moment de la sortie de l’arche.
    Mais on ne pouvait pas espérer qu’un réalisateur non-croyant mette en avant l’alliance renouvelée entre Dieu et les hommes…
    Bref décevant mais au fond c’était prévisible, et au moins on aura de quoi discuter avec nos amis sur le péché, la justice et la grâce!

  3. pepscafe dit :

    Merci pour ton compte-rendu et ces bonnes questions que tu poses. Sinon, c’est marrant mais tu as pensé aux mêmes questions que moi :
    Les « deux questions » qui sont « utiles pour analyser ce film….1) que dit le film sur Dieu ? et 2) que dit le film sur l’homme ? »

    Effectivement,à propos de ce film, j’écrivais: « lorsque l’on raconte une histoire(en l’adaptant), tout est une question d’angle (de point de vue) et de regard. Et ici, quel est le regard du réalisateur-adaptateur sur ce récit de Noé, contenu dans les chapitres 6-9 de la Genèse ? Quel est son regard sur Dieu, l’homme, mais aussi sur l’engagement de Dieu par rapport à l’homme ? Qui est valorisé, glorifié, en fin de compte ? La question semble être bien là ».

    Je tiens à préciser que je n’ai pas (encore) vu le film. Je ne suis pour l’instant pas pressé, d’autant plus que le temps me manque actuellement. Cela viendra certainement plus tard, mais dans un autre cadre. Ma démarche (il m’a paru important de chercher à comprendre les intentions du réalisateur-qui a par ailleurs commis « Black Swan »-en fouillant dans ses propres déclarations)était tout autre, mais complémentaire, me semble-t-il.

  4. Nicolas Bersier dit :

    ce qui est perturbant dans ce film, c’est que le récit n’est qu’un remake d’un chapitre de l’épopée de Gilgamesh, roman écrit environ 1000 ans avant la bible (ancien testament). Même les dimensions de l’arche ne sont pas correctes, c’était un cube de 60 mètres de côté sans mât ni voile. pour plus de détails, j’encourage vivement la lecture de ce merveilleux livre.

  5. Philippe Avogadro dit :

    Je trouve qu’on voit bien que l’homme est mauvais ! Et qu’en toute justice, l’humanité devrait être détruite à cause de son péché ! (Si Noé a trouvé grâce auprès de Dieu c’est que lui aussi était pécheur, et j’ai bien aimé le moment dans le film ou il le dit). Finalement l’humanité est préservé, mais ce qui est dommage c’est que cette grâce s’accomplit à cause du choix de l’homme (le choix de Noé) et non pas celui de Dieu. Alors que la dans la Bible, il n’y a rien qui pousserait Dieu à faire grâce, Mais dans son amour, son plan prévu d’avance de faire grâce et de préservé l’humanité s’accomplit. C’est la volonté de Dieu ! La grâce dans le film est centré sur le choix de l’homme et pas vraiment sur Dieu…

  6. Timkapi dit :

    Je suis allé voir ce film avec un ami. Je ne savais pas à quoi m’attendre et pour me préparer, j’ai relu l’histoire de Noé dans ma bible. En regardant le film, je me tournais de temps en temps vers mon pote avec un air désabusé. Sur le coup plusieurs points m’ont gêné mais je n’arrivais pas à mettre le doigt sur quoi. En réfléchissant après coup, j’ai compris pourquoi je trouve ce film complètement nul.

    1. Dieu ne parle pas
    Dieu ne parle pas dans ce film. Ce qui m’a gêné le plus c’est qu’on a pas de relation claire entre Dieu et Noé. Quand on lit la Bible on voit que Dieu parle à Noé et lui dit:  » Genèse 6.13* Alors Dieu dit à Noé, La fin de toute chair est arrêtée devant moi; car ils ont rempli la terre de violence; voici, je vais les détruire avec la terre.
    (…)
    Dans la vrai histoire de Noé, Dieu parle à Noé! La parole de Dieu lui est annoncé clairement et cette communication entre Dieu et sa création, cette relation entre Dieu est l’homme est au coeur de la Bible. Je ne retrouve rien de cela dans le film. Forcément, le réalisateur n’a surement pas de relation personnelle avec Dieu et il a certainement choisi de ne pas parler de quelque chose qu’il ne connait pas.

    2. Dieu veut détruire l’homme et sauver les animaux
    Il est vrai que ce film nous montre un dieu qui veut détruire la terre corrompue par le péché mais ce dieu n’est pas celui que je connais. Dans le texte biblique, il y a un espoir. Mon Dieu, celui que je connais décide de sauver un homme et sa famille pour recommencer une nouvelle humanité. Dieu aime Noé, sa famille et il veut les sauver du déluge dans la vrai histoire. Cette profonde vérité que Dieu aime l’homme est complètement occultée dans ce film. Noé pourchasse sa belle fille dans le bateau en apprenant qu’elle est enceinte de jumelles car son dieu lui demande de détruire toute descendance humaine. C’est complètement absurde et surtout, je trouve que ce message caché est même dangereux: Dieu en a marre de l’homme et il veut tous les annihiler! D’accord d’imaginer des blancs dans le texte biblique pour faire un film fictif, pas d’accord de modifier le coeur du message biblique.

    3. Symbolique de l’arche
    L’arche est une symbolique de Christ. Pas du tout dans le film.

    4. Faire dire et faire n’importe quoi à Noé
    Que dirait un ancien résistant si l’on faisait un film qui décrivait la vie durant la guerre et que l’on faisait apparaitre un extraterrestre dans les tranchées qui disait: « Et si on faisait un barbecue les amis! Allez sortez les spots on va faire la fête avec Casimir et Jean Moulin. Tiens salut Hitler tu vas bien! C’est cool la vie dans les tranchées! Qu’est ce que c’est fun de vivre ici! Qui veut de la pizza. Jean Moulin tu t’occupes de la sono? » Notre résistant serait choqué qu’on déforme ainsi ce qu’il a vraiment vécu durant la guerre. Il serait choqué qu’on fasse dire et faire à Jean Moulin n’importe quoi! Bref, vous comprenez ce que je veux dire. Noé est un homme qui a vraiment existé. C’est un homme réel qui a vécu sur notre terre. Le voir courir après sa belle fille avec un grand couteau pour trucider ses enfants est horrible et me choque parce qu’on lui fait faire n’importe quoi. Noé doit se retourner dans sa tombe comme on dit… 🙂 L’entendre dire que Dieu veut complétement détruire toute l’humanité jusqu’au dernier me choque parce qu’on lui fait dire tout et n’importe quoi. Ce film fait aussi dire à Dieu tout et n’importe quoi.

    5. Rien à voir avec Les 10 commandements et Benhur
    Les 10 commandements est un film romancé mais qui suit le texte biblique. Benhur est un film qui dépeint Jésus-Christ admirablement bien d’une façon tellement proche de que je vis avec Dieu. Même si ces films sont fictifs et ne suivent pas à la lettre le texte biblique, la trame est fidèle et le message qu’ils véhiculent est bon. Je pense que ces 2 films peuvent faire l’objet de réflexions avec des non convertis. Par contre Noé, franchement, j’ai pas envie de réfléchir sur cet amas d’âneries avec des non convertis. Je leur dis seulement: Allez lire le texte biblique, le film n’a rien d’intéressant et ne va rien vous apprendre sur Dieu.

    Ciao

    Tim Kapitaniuk

  7. yannovitch dit :

    Personnellement j’ai été déçu de « Noé » car j’espérais y trouver non pas une adaptation fidèle mais une adaptation qui resterait dans l’esprit biblique.
    Ça ne me dérange pas qu’on brode en ajoutant des Veilleurs et autre, si ça appuie le récit dans la direction donnée par la Bible.
    Mais si on appelle son film « Noé » alors il faut quand même que le récit soit dans l’esprit de Noé.
    Donc dépeindre un Dieu distant et même mauvais ne permet pas d’appeler son film « Noé » vu que ça va pas juste un peu mais totalement à l’encontre du message biblique.
    En gros le message du film sur Dieu, les hommes et la relation entre les deux pour moi c’était « Dieu nous a abandonné, on est trop mauvais pour qu’il s’intéresse à nous, maintenant c’est chacun pour sa gueule ».
    De plus je trouve le film même pernicieux à montrer que le « pouvoir » des croyants est à rapprocher de la magie. Par exemple, Mathusalem qui avec son épée magique anéantit des armées entières. Donc du coup on peut facilement faire l’assimilation « foi chrétienne » »occultisme ».

    Par contre en bons points, j’ai été dérangé de l’adaptation de Noé et donc j’ai lu qqs passages de ma Bible. Donc le côté « écolo » ne mé dérange pas plus que ça puisque Genese 9:4 « Seulement, vous ne mangerez aucune viande avec sa vie, avec son sang. »
    Ou bien Noé étant ivre puisque Genese 9:20-26 « Noé commença à cultiver le sol et planta de la vigne. Il but du vin et devint ivre, si bien qu’il se dénuda au milieu de sa tente. Cham, le père de Canaan, vit la nudité de son père et en parla à ses deux frères qui se trouvaient à l’extérieur. Alors Sem et Japhet prirent un manteau, le mirent sur leurs épaules, marchèrent à reculons et couvrirent la nudité de leur père. Comme ils détournaient la tête, ils ne virent pas la nudité de leur père. Lorsqu’il eut fini de cuver son vin, Noé apprit ce que lui avait fait son fils cadet et dit: «Maudit soit Canaan! Qu’il soit le dernier des esclaves pour ses frères!». Il dit encore: «Béni soit l’Eternel, le Dieu de Sem, et que Canaan soit son esclave! »

    Selon mon humble avis, ce film ne prête pas à la discussion, les non-croyants qui n’ont pas beaucoup d’esprit critiques n’iront pas lire leur Bible après avoir vu ce film.
    Donc à voir une fois puis passer à autre chose…

  8. […] peux trouver d’autres commentaires du film sur NotreEglise Point Com et sur le blog d’Évangile […]

  9. Malia dit :

    Alors, j’y suis allée aussi et c’était moins mauvais que j’avais pensé. J’étais même heureusement surprise avec le fort accent sur la responsabilité de l’homme pour le péché dans le monde qui a provoqué la colère du Créateur. Cela et le récit de la création étaient pas mal. Mais j’arrête là. Mais ce qui m’a surprise le plus était que la salle était presque pleine. J’aurai aimé discuté avec tous ces gens qui étaient dans la salle. Je me demande si l’addition des « Veilleurs » dans le film a ajouté à « l’improbablilté » de ce récit. J’ai prié et je continuerai à prier que les gens seront curieux de lire le vrai texte. Je me suis rendue compte également de la puissance de faire passer un message à l’écran. Merci pour tous les commentaires.

  10. Salut Matthieu,

    Ne pouvant pas dormir ce soir, je me suis connecté avec Amazon Prime et j’ai regardé « Noé » en VO. Je viens de le terminer.

    Malgré les nombreuses libertés prises avec le récit, je trouve l’adaptation très intéressante y compris à la fin sur les raisons de l’ivresse et la séparation de Noé. « Intéressante » n’est même pas le bon mot. Le film m’a touché. Je l’ai beaucoup plus aimé que je prévoyais l’aimer. Je ne sais pas si ça t’arrive ça. 🙂

    Je me suis souvenu que tu avais fait une critique du film et je viens de la rechercher dans Google. Ça m’a conduit ici.

    Tu dis vraiment bien les choses. Je partage complètement ton analyse. J’ai peut-être même plus aimé le film que ce que tu sembles l’avoir aimé. Oui il est très très loin du texte biblique. Mais il m’a fait réfléchir et m’a forcé à méditer la vraie histoire tout en vibrant pour certaines des vérités du film et certaines des sensibilités contemporaines qui transparaissent dans le film.

    1. Salut, content que tu aies aimé le film… et l’article 🙂

Comments are closed.

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image