Une raison d’espérer

J'aime l'eschatologie. Beaucoup de monde aime l'eschatologie mais, je pense, pour de mauvaises raisons.

 J'aime l'eschatologie parce qu'elle me donne des raisons d'espérer, j'arrive à mieux vivre aujourd'hui parce que je sais ce qui m'attend demain.

C’est de cette espérance dont parle cet article de Tim Keller, paru sur The Resurgence

De quel droit pouvons-nous considérer la seconde venue de Christ comme une espérance ? N’est-ce pas incroyable que Paul appelle la seconde venue de Christ une « bienheureuse espérance » (Tite 2.13) ?

Voilà pourquoi c’est incroyable. Le jour du jugement final – le fait que Jésus revienne pour rétablir le monde – fait envie quand on pense à la fin de l’oppression, la fin des génocides, la fin de la guerre, la fin de la maladie, de la faim et de la mort. Mais, s’il n’y a pas de jugement final, quelle espérance aura le monde ? Mais, s’il y a un jugement final, on peut se demander: Quelle espérance il y a pour vous et moi ?

Quelle espérance y’a-t-il ?

Imaginez qu’un jour, tout ce que vous avez pensé et dit et que toutes les images mentales que vous avez eues aient été enregistrés et que, ne le sachant pas, vous ayez juste passé une journée normale. Le jour d’après, tout cela est disponible par tout le monde sur Internet, Youtube, ces 24h de votre vie. Que se passerait-il ? Vous seriez morts de honte.

Alors ça sera quoi de comparaitre devant Dieu, avec toutes les excuses, toutes les abnégations, toutes les choses que vous avez dites pour essayer de vous justifier, votre égocentrisme, votre cruauté – toutes les choses de votre vie que vous avez utilisé pour excuser et justifier votre manière de vivre – mais que soudain, tout cela s’écroule parce que Dieu vous voit de haut en bas ? Quelle espérance y’a-t-il ? Comment pouvez appeler un tel jour une espérance – une bienheureuse espérance ?

La raison et la réponse

Voilà la réponse. La seule raison que nous avons d’espérer – de voir la seconde venue de Christ comme une bienheureuse espérance – est cela. Le catéchisme d’Heidelberg pose la question (Q52): « Que t’assure le retour du Christ pour juger les vivants et les morts ? » Réponse: « Dans toute peine et persécution, j’attends du ciel, la tête haute, comme juge, celui-là même qui s’est auparavant présenté pour moi devant le tribunal de Dieu, éloignant ainsi de moi toute malédiction ».

La seule raison pour laquelle Paul, vous et moi, pouvons considérer la seconde venue de Christ dans le monde comme une espérance pour le monde et une espérance pour nous – et la seule raison qu’elle soit « bienheureuse » – est que nous avons un Juge qui est venu pour être jugé. Il est déjà passé par là. Il est mort à la croix. Il a prix la punition à notre place.

Nous avons un Juge qui a été jugé. C’est pour cela que notre jour du jugement est déjà dans le passé. Le saviez-vous ? Dieu a fait devenir péché celui qui n’avait point connu le péché (2 Co 5.21). Il a jugé le péché en Jésus. Nous sommes morts en Lui, et notre futur n’est qu’espérance bienheureuse.

Vivez dans cette espérance ! Laissez-là façonner la façon dont vous vivez dans ce monde.

Matthieu Giralt

Disciple de Jésus-Christ, Matthieu est marié à Alexandra. Il est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux et de l’Institut Biblique de Genève. Pasteur dans une Église à Étupes. Étudiant à la Faculté de Théologie Jean Calvin. Il fait aussi partie de Majestart. Ses sujets favoris? La #culture, l’#art, la #mission, et parler de Jésus!

Articles pouvant vous intéresser

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image