La grâce irrésistible fait-elle de nous des pantins?

La semaine dernière, je vous parlais du livre de Pascal Denault: SOLAS, la quintessence de la foi chrétienne. Aujourd’hui, je vous partage une citation que l’on retrouve dans le chapitre 9 traitant de l’efficacité de la grâce. Certains s’érigent contre la doctrine de la grâce irrésistible, sous prétexte qu’elle forcerait l’homme à croire, le réduisant à un simple pantin.

J’ai aimé cette analogie de Pascal Denault, qui dit:

L’appel irrésistible ne fait pas de nous des marionnettes, car ce n’est pas contre notre gré que nous allons à Christ. Lorsque notre volonté est libérée, nous allons librement à lui. Voici une comparaison intéressante : vous qui voyez, êtes-vous capables de ne pas croire à l’existence du soleil? C’est quand même invraisemblable qu’une immense boule de feu flotte fixement dans le vide et que toutes les planètes tournent autour d’elle et en dépendent. Elle brûle depuis des milliers d’années et s’autoconsume sans jamais s’éteindre ou cesser de produire la lumière et la chaleur nécessaires.

Aussi invraisemblable et merveilleux que le soleil puisse paraître, vous êtes incapables de ne pas y croire, et pourtant vous y croyez librement. Il en est ainsi de la foi ; lorsque l’Esprit saint ouvre les yeux d’un pécheur et lui fait voir le soleil de justice, l’étoile du matin, il ne peut pas ne pas croire, mais il croit librement puisqu’il ne fait que reconnaître la vérité. Autrefois nous étions aveugles, nous retenions la vérité captive (Rm 1.18). Maintenant nous voyons, car nous avons été affranchis par la vérité (Jn 8.32).

Pascal DENAULT, SOLAS, la quintessence de la foi chrétienne, pp. 135-136

Matthieu Giralt

Disciple de Jésus-Christ, Matthieu est marié à Alexandra. Il est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux et de l’Institut Biblique de Genève. Pasteur dans une Église à Étupes. Étudiant à la Faculté de Théologie Jean Calvin. Il fait aussi partie de Majestart. Ses sujets favoris? La #culture, l’#art, la #mission, et parler de Jésus!

Articles pouvant vous intéresser

  • Fred dit :

    remarquable ! J’ai vraiment besoin de telles analogies pour mieux comprendre moi-même, et mieux transmettre aussi.

  • Belle analogie, en effet. Notons quand même que l’évidence « irrésisitible » de l’existence du soleil « s’impose » à tout homme sans exception. Même aux non-voyants. Dieu n’a pas décidé qu’une partie des hommes verrait le soleil et les autres resteraient dans l’obscurité et seraient transformés en glaçons. Ainsi en est-il spirituellement, à mon humble avis.
    Avec la différence, qu’au départ, le péché a créé une cécité totale en… tout homme quant à Dieu et au salut en Jésus-Christ. Non seulement un aveuglement d’ailleurs, mais une haine… irrésistible : nous étions étrangers et ennemis par nos pensées. Pour tout homme donc, une seule solution, la rencontre avec celui qui ouvre les yeux des aveugles et qui brise l’inimitié par l’expression de son amour si extraordinaire, manifesté à la croix.. Je crois fermement que le Saint-Esprit travaille à cela sans relâche (Jean 16:8 Et quand il sera venu, il convaincra le monde de péché, de justice et de jugement)

    Ce travail du Saint-Esprit est-il vraiment irrésistible ? L’amour de Dieu est tellement irrésistible, lui, que c’est sûr, la folie lui résister est plus grande que celle de vouloir nier l’existence du soleil.
    Mais… l’Ecriture ne nous avertit-elle pas que, justement, le cœur de l’homme est fou et que l’Évangile est folie pour… tout homme naturel ? Le Christ dit à Saul de Tarse : « Il te serait dur de regimber contre mes aiguillons ! » Dur, oui, mais pas impossible, de nombreux textes le montrent clairement. D’autres parlent des pleurs et des grincements de dents de tous ceux qui, un jour, se rendront compte de leur folie d’avoir bafoué la grâce offerte. Ils devront ployer leurs genoux devant Christ, non pour leur salut, mais pour leur perdition éternelle. Ils verront alors que, non, ils n’ont pas été les pantins malchanceux de l’arbitraire divin (auquel d’ailleurs personne ne dit croire, en théorie), mais qu’ils sont les seuls responsables de leur triste sort, car ils se seront fermés à la chaleur et à la clarté du « soleil » divin. De leur côté, les élus rendront grâce à Dieu, seul agent de leur salut du début à la fin. Ils le remercieront non seulement pour la grâce de ce salut, mais aussi pour celle de l’appel, du don de la foi (qu’ils n’auront pas repoussée jusqu’au bout).

    Cette fin devrait (un petit peu) rassurer mes chers amis calvinistes ! 🙂
    Au fait, savez-vous que Jacques Arminius tenait en haute estime Jean Calvin et a écrit une recommandation très élogieuse pour L’Institution chrétienne et tous les commentaires de Calvin ?
    Il plaçait ces écrits juste après la Bible ! (Calvin n’a pas pu lui faire un renvoi d’ascenseur, et pour cause ! (L’ascenseur n’y est pour rien ! 🙂 Donc, fi aux clans antagonistes, n’est-ce pas ? Mieux : aux clans tout court : reprenons notre liberté de pensée de « béréens ». Soyez encouragés !

  • Claude R. dit :

    Jean 3.19

    Et ce jugement c’est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.

    « Ont préféré », ou « mieux aimé » en traduisant mot-à-mot, verbe qui désigne un choix actif ; c’est, pour reprendre l’image du soleil, fermer volontairement les yeux en plein jour.

    L’image est forte et belle puisqu’elle vient de la Nature et de l’Ecriture. Mais qu’illustre-t-elle ? sinon le fait que l’âme humaine peut, hélas, se fermer à la grâce.

  • >