La question qui change tout

Rien ne me remet plus en question qu’une… question. Je peux lire quelque chose de puissant et de vrai, sans être vraiment remis en cause. Mais une vraie question peut me faire réfléchir longtemps et mettre à nu ce qui se cache dans mon cœur.

En ce début d’année, j’ai lu une question qui m’a profondément remis en question. Une question qui change tout.

C’est John Piper qui la pose dans son livre God is the Gospel:

Serais-tu heureux au paradis si Christ ne s’y trouvait pas?

Il continue:

La question critique pour notre génération – et pour chaque génération – est la suivante: si tu pouvais entrer au paradis, sans maladie et avec tous les amis que tu as eus sur Terre, toute la nourriture que tu as toujours aimée et tous les loisirs qui te procurent du plaisir, toutes les beautés de la nature que tu as vues, tous les plaisirs physiques que tu as goûtés, sans aucun conflit ou désastre naturel, serais-tu heureux au paradis, si Christ n’y était pas?

Et il pose la question aux responsables d’Église:

Est-ce que nous prêchons et enseignons d’une manière qui prépare les gens à répondre à cette question par un grand « Non »? Comment comprenons-nous l’Évangile et l’amour de Dieu? Est-ce que nous avons échangé un monde dans lequel l’amour de Dieu est le cadeau de lui-même pour un amour de Dieu qui nous présente ce que nous aimons voir? Avons-nous présenté l’Évangile d’une manière où le cadeau de la gloire de Dieu sur la face de Christ est à la marge plutôt qu’au centre? […] Je prie que nos ministères aient le même point de mire que celui de John Owen, le grand écrivain puritain du XVIIe siècle. Richard Daniels a dit de lui: «  Il n’y a pas de motif plus important pour John Owen, et aucun ne fut plus souvent cité – si bien que l’on pourrait parler du point principal de la théologie d’Owen – que la doctrine de l’Évangile que nous contemplons, par le Saint-Esprit donné par le Christ, la gloire de Dieu sur la face de Christ et que nous sommes changés en son image. »

– John Piper, God is the Gospel, p. 15

Abonne-toi à ma newsletter et ne rate aucun de mes articles

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Consultez notre politique de confidentialités ici.
Pas de spam, promis. Powered by ConvertKit

Matthieu Giralt

Disciple de Jésus-Christ, Matthieu est marié à Alexandra. Il est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux et de l’Institut Biblique de Genève. Pasteur dans une Église à Étupes. Étudiant à la Faculté de Théologie Jean Calvin. Il fait aussi partie de Majestart. Ses sujets favoris? La #culture, l’#art, la #mission, et parler de Jésus!

Articles pouvant vous intéresser

5 thoughts on “La question qui change tout

  1. Merci pour cette question! C’est un peu se poser la question du Royaume de Dieu sans Dieu… ou reporter ce que nous vivons aujourd’hui dans une perception idéale pour notre ego, mais sans problèmes au quotidien (on transforme alors le paradis avec une version « vacances paradisiaques dans le monde actuel où on ne s’inquiéterait de rien » ou quelque chose du genre). Un paradis bien humain en fin de compte. Ça me fait vachement réfléchir. Merci!

  2. Guy dit :

    Bonjour,
    J’ai un peu de peine avec cette question.
    Si Christ n’était pas au paradis, le paradis existerait-il ?
    Nous posons souvent sans nous rendre compte des questions absurdes qui sont irréalisables.
    Genre: Que ferait Jésus à ma place SI il était là ?
    En plus, le paradis que Jésus nous annonce, n’a rien à voir avec le paradis qui est dans nos imaginations. Du reste, Adam n’avait-il pas des instructions précises ? (Gen 2:15)
    Par contre, je suis tout à fait d’accord sur la question « Comment présentons-nous l’évangile? » qui s’adresse non seulement aux responsables d’églises, mais à tous les croyants.
    Je préfère cette question:
    Puis-je être vraiment avoir un bonheur durable qui ne dépends pas des circonstances, être en paix sur la terre, tout en ayant la certitude de mon avenir sans Christ ?
    La réponse est NON.
    Quelle image donne un véritable enfant de Dieu dans sa marche chrétienne ? Pouvons-nous faire envie ? Même lorsque nous traversons de dures épreuves est-ce possible ?
    La réponse est OUI. L’épître aux Philippiens est très instructive sur ce sujet.
    Encourageons-nous les gens à avoir une réelle communion avec le Seigneur, à lire leur Bible régulièrement ?
    Si nous désirons être vraiment transformés selon 2Cor 3:18, c’est la seule solution.

    1. La question se veut absurde: si Christ n’est pas dans le paradis auquel j’aspire, alors ma vision du paradis est erronée et ce qui en fait l’essence et la saveur est absent.

      1. Guy dit :

        Merci pour la réponse.
        J’avais compris, mais dans mon ministère, je préfère de loin du plus concret.
        A bientôt.

  3. Mickaël P dit :

    Très bonne question ! Je la comprends dans ce sens : est ce que je suis centré sur Christ ? Quant je parle de la foi, de la grâce, de la piété, du Saint-Esprit, est ce que Christ est au centre ? Oui le paradis c’est d’être avec avec Jésus !

Comments are closed.

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image