Le problème d’une évangélisation centrée sur l’homme

Il faut sans cesse rappeler que le cœur de l’Évangélisation, c’est l’Évangile! La Bonne Nouvelle que nous voulons partager n’est pas une recette de développement personnel.

Il existe des stratégies qui cherchent à rendre l’Évangile attrayant pour les non-croyants en vantant tous les bénéfices du christianisme, sans en évoquer le prix. Ils promettent plus de satisfaction, moins de stress, un sentiment communautaire accru et un sens plus profond de la vie – tout en étant paré pour l’éternité! Tout ce qu’il vous faut, c’est prendre une décision pour Christ tout de suite. Peut-être que toutes ces choses se réaliseront prochainement dans la vie du non-croyant qui réfléchit à l’Évangile. Mais quel impact ce genre « d’évangélisation à bénéfice » a-t-il sur l’Évangile véritable? Il lui donne l’apparence d’être centré sur soi, d’améliorer le style de vie et de rendre la personne plus heureuse. Il est vrai que nous sommes au bénéfice de l’action bienfaisante de Dieu. Ce n’est pas nous qui « rendons un service à Dieu » en devenant chrétien. Mais l’Évangile n’est pas centré sur le « moi ». Il est centré sur Dieu, qui fait connaître sa sainteté et sa miséricorde. Il est centré sur la gloire de Dieu, et le rassemblement de ceux qui le loueront en esprit et en vérité. C’est l’histoire de Dieu qui fait valoir sa sainteté en punissant Jésus pour les péchés de tous ceux qui se repentent et qui croient. C’est Dieu qui se fait un nom parmi les nations, en rassemblant un peuple pour lui-même, et les séparant du monde pour les attacher à sa personne.

Une évangélisation qui vante les bénéfices dérivés de la foi remplit nos Églises de personnes qui s’attendent à une vie sans problème simplement parce qu’ils sont devenus chrétiens. Mais Jésus promet de la persécution à ceux qui le suivent, pas des avantages en nature (Jn 15.18-16.4; cf. 2 Ti 3.12). Nous voulons construire des chrétiens et des Églises qui persévéreront dans les moments difficiles, qui seront prêts à souffrir, à être persécutés et même à mourir pour l’Évangile de Christ, parce qu’ils placent plus de valeur sur la gloire de Dieu que sur les bénéfices temporels de la conversion.

 

M. Dever & P. Alexander, L’Église intentionnelle, p. 57

Lire aussi:

Matthieu Giralt

Disciple de Jésus-Christ, Matthieu est marié à Alexandra. Il est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux et de l’Institut Biblique de Genève. Pasteur dans une Église à Étupes. Étudiant à la Faculté de Théologie Jean Calvin. Il fait aussi partie de Majestart. Ses sujets favoris? La #culture, l’#art, la #mission, et parler de Jésus!

Articles pouvant vous intéresser

One thought on “Le problème d’une évangélisation centrée sur l’homme

  1. Merci pour ce rappel! « C’est par beaucoup de tribulations qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu. Personnellement, j’ai du « calculer la dépense » pendant une paire d’années avant de vraiment dire oui au Seigneur, car je savais que ça allait être terrible pour ma vie! J’avais tellement de choses à abandonner! C’était en 1977. J’ai été entièrement détruit et puis le Seigneur m’a relevé. Ce sont les 8 ou 10 premières années de ma conversion! Depuis, je suis établi sur le roc! Mais la discipline a été très sévère et bénéfique! Que Dieu vous bénisse!

Comments are closed.

Formation gratuite:
7 signes de Jean

Un nouvel outil pour partager ta foi simplement!
JE M'INCRIS  CETTE FORMATION GRATUITE
close-link

Formations gratuites:
Découvrez nos formations gratuites sur l'évangélisation

Des conseils et outils pour partager votre foi simplement!
JE M'INCRIS À CES FORMATIONS GRATUITES
close-link
Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image