Tout le monde est un théologien. Même toi.

La théologie n’est pas le domaine réservé des théologiens. Ce n’est pas l’affaire privée des professeurs. Heureusement, il y a toujours eu des pasteurs qui comprenaient la théologie mieux que la plupart des professeurs. Mais ce n’est pas l’affaire privée des pasteurs non plus. Heureusement, il y a toujours eu des membres d’Églises, et beaucoup d’Églises qui s’acquittèrent de cette fonction, alors que leurs pasteurs étaient des enfants ou des barbares, quant à la théologie. La théologie est une affaire d’Église. Elle se porte mal sans pasteurs et professeurs. Mais son problème, la pureté du service de l’Église, doit être soumis à l’Église dans sa totalité. En principe, le « non-théologien » n’existe pas dans l’Église. Le terme « laïc » est l’un des pires choix du vocabulaire religieux, et devrait être banni de tout dialogue chrétien.

Karl Barth, texte présenté à la Faculté de Théologie Protestante de Paris, du 10 au 12 avril 1934

Matthieu Giralt

Disciple de Jésus-Christ, Matthieu est marié à Alexandra. Il est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux et de l’Institut Biblique de Genève. Pasteur dans une Église à Étupes. Étudiant à la Faculté de Théologie Jean Calvin. Il fait aussi partie de Majestart. Ses sujets favoris? La #culture, l’#art, la #mission, et parler de Jésus!

Articles pouvant vous intéresser

  • Melchior77 dit :

    j’ai aussi cette autre citation de C.S Lewis: « Si vous ne prêtez pas l’oreille à la théologie, cela n’implique pas que vous n’avez pas l’idées personelles sur Dieu, mais que vous en avez quantité de fausses, de vagues et de désuètes. En effet, maintes notions sur Dieu, exhibées aujourd’hui comme des nouveautés, sont tout bonnement celles que de vrais théologiens ont rejetées, voili des siècles. Dans le monde moderne, il est tout aussi rétrograde de croire à la religion populaire que de croire que la terre est plat. »

    Mais surtout j’ai une question: quand dans une prêche, il est dit:  » l’adoration du chrétien lui permettra de changer de situation comme Joseph qui est passé de la situation de prisonnier à celui de 1er ministre de pharaon, David qui est passé de la situation de berger à celui de Roi et Mandela qui est passé de la situation de prisonnier à président de la république…car c’était un homme oint de Dieu… » est qu’il y a une erreur, et si oui est -elle d’ordre théologique?

    Merci

    • Merci Melchior pour la citation. As-tu la source (Livre et page)? Ça permet de vérifier que le blog s’enrichit de ressources vérifiables.

      Quant à ta question, oui il y a une erreur (si pas plusieurs) et oui c’est théologique! 🙂

      • Melchior77 dit :

        Salut Stéphane, Pour la citation c’est une traduction d’un passage de « Mere Chritianity ». Dans le PDF ( gratuit) que j’ai, en anglais, c’est à la page 76. Voici l’adresse du blog ou j’ai trouvé la traduction: http://parkerwindle.blogspot.com/2013/10/quelques-citations-de-cs-lewis.html?showComment=1409509405299#c5297330260483771462.. Pour les erreurs, peux tu me donner plus de détail? c’est vrais que j’ai ma propre idée mais j’aimerai avoir un autre avis. Merci

        • La personne qui affirme ce que tu rapportes commet plusieurs erreurs:

          1. Elle se sert de l’histoire de Joseph pour illustrer sa propre idée (probablement inspiré des livres de Merlin Carothers tel que: http://www.amazon.fr/gp/product/2880270065/ref=as_li_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=19458&creativeASIN=2880270065&linkCode=as2&tag=etrangeetvoya-21).

          2. Elle passe à côté du sens du récit de Joseph. C’est à dire, au lieu de voir comment Dieu a tout dirigé, même le mal, pour faire du bien à la famille de Jacob et les sauver de la famine, elle suppose quelque chose à propos de Joseph qui n’est pas dans la Bible. Nul part est-il dit que c’est parce que Joseph adorait Dieu que Dieu l’a délivré.

          3. La même erreur est commise avec son utilisation de David comme illustration, sans prendre en compte l’enseignement de sa vie.

          4. Elle se sert de personnages de la Bible comme ça l’arrange. Et quand s’est pratique, elle ignore les cas qui la contredisent, tel l’apôtre Paul qui toute sa vie adorait Dieu, mais connaissait des souffrances continuelles et risquait sa vie partout.

          5. Elle cite ensuite Mandela, et commet ce qui me semble être plusieurs erreurs: la Bible ne dit rien de lui 😉 elle ne sait donc pas s’il était chrétien, ni donc s’il adorait en prison, ni s’il était un oint du Seigneur. D’ailleurs, qu’est-ce que ça veut dire ça et en quoi est-ce une garanti de sortir de prison? Bon peut-être que Mandela c’est pas tant une erreur théologique que historique. 🙂

          Qu’en penses-tu? On voit la même chose?

  • >