Pourquoi je critique des films

Comme beaucoup de gens, j’aime les films. Depuis peu, j’ai commencé à en recenser quelques-uns (Noé, God’s Not Dead et Interstellar). Mais on pourrait se demander: au fond, est-ce bien de critiquer les films? Est-ce utile? Qu’est-ce que ça change?

Est-ce bien de critiquer?

Quand on parle de critiquer, on peut utiliser le terme de deux manière différentes:

  1. Dans un sens large: Exercer son intelligence à démêler le vrai du faux, le bon du mauvais, le juste de l’injuste en vue d’estimer la valeur de l’être ou de la chose qu’on soumet à cet examen.
  2. Dans un sens restreint: Émettre, formuler des jugements défavorables, d’une façon systématique ou occasionnelle.

Dans le premier sens, la critique n’est autre qu’un examen, une analyse d’un sujet ou d’un objet. Il s’agit d’apprécier ce qu’on regarde/écoute/étudie, en positif ou en négatif, en relevant ses défauts et ses qualités. Dans le second sens, la critique n’est que négative. Il s’agit de relever uniquement ce qui ne va pas et le souligner. En fait, ce genre de critique s’apparente à la médisance. Cette attitude est bien sûr à rejeter.

Critiquer c’est discerner

La définition de la critique, dans son sens large, n’est pas sans rappeler celle du discernement:

Faculté qui est donnée à l’esprit ou qu’il a acquise par l’expérience, d’apprécier les choses selon leur nature et à leur juste valeur, d’en juger avec bon sens et clarté.

C’était la demande de Salomon de pouvoir discerner le bien du mal (1 R 3.9). La Bible exhorte le chrétien à rechercher et à cultiver le discernement (Rm 12.2; Ph 1.9; Hé 5.14). C’est leur esprit critique qui poussait les chrétiens de Bérée à fouiller les Écritures (Ac 17.10-11).

En somme, la critique -le discernement- n’est pas seulement permise, elle est obligatoire! Il nous faut distinguer ce qui est bon ou mauvais, ce qui est conforme à la volonté révélée de Dieu ou pas. C’est la critique qui nous permet de savoir et de dire ce que nous pouvons accepter et ce que nous devons rejeter.

Critiquer n’est pas seulement permis, c’est obligatoire!

Pourquoi je critique des films

La critique ne suffit pas. Je crois que la critique de la culture ne peut pas changer la culture. Il faut créer une alternative, créer plus de culture (c’est la thèse d’Andy Crouch dans Culture Making). Mais ce n’est ni mon but ni mon métier. Je ne suis pas cinéaste, ni auteur, et je n’ai pas la prétention de transformer la culture.

Mais la critique est nécessaire. Comme tout produit culturel (spectacle, musique, littérature, arts plastiques…), les films sont soumis à la critique dont le but est de « mettre en jeu des critères variables selon les domaines, d’après lesquels il est possible de discerner les parts respectives des mérites et défauts d’une entreprise, d’une œuvre, d’un système de pensée »

La critique ne suffit pas. Mais elle est nécessaire.

Mais, en tant que chrétien, il nous faut aller plus loin qu’une critique dont les critères sont déterminés par le domaine que la critique concerne. En plus de critiquer la valeur intrinsèque d’un film -en parlant de l’histoire, de l’image, des personnages, du jeu ou encore de la bande son- nous devons nous concentrer sur la vision du monde que véhicule le film.

J’ai choisi de ne pas voir certains films, pour plusieurs raisons. Mais pour ceux que je vois, et que mes amis verront certainement, je veux avoir un esprit critique, prêt à discerner les valeurs et le discours sous-jacent.

Voilà pourquoi je critique des films.

Article publié le 04/12/2014, republié le 25/02/2022.

Pour aller plus loin:

Matthieu Giralt

Matthieu Giralt est le directeur de ToutPourSaGloire.com. Il est pasteur dans l'Est de la France. Il est titulaire d’un DNSEP de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux, et d’un Master de recherche de la Faculté Jean Calvin. Il est le mari d’Alexandra, ils ont deux fils.

Articles pouvant vous intéresser