Priscille et Aquilas, missionnaires ordinaires

La semaine dernière, j'ai eu la joie d'animer la dernière rencontre de la Semaine Universelle de Prière organisée par la pastorale du CNEF local. La méditation proposée par le CNEF s'arrêtait sur l'exemple de Priscille et Aquilas, qui nous sont présentés comme des missionnaires ordinaires.

J'ai donc relu Actes 18 et en ai tiré 3 leçons pour nous aujourd'hui.

À Corinthe

Après cela, Paul s’éloigna d’Athènes et se rendit à Corinthe. Il y trouva un Juif du nom d’Aquilas, originaire du Pont, récemment arrivé d’Italie avec sa femme Priscille, parce que Claude avait ordonné à tous les Juifs de s’éloigner de Rome. Il se lia avec eux ; et comme il avait le même métier, il demeura chez eux, et ils travaillaient ensemble: ils étaient, de leur métier, fabricants de tentes. Il avait des entretiens dans la synagogue chaque sabbat et persuadait des Juifs et des Grecs. (Ac 18.1–4)

Après un séjour à Athènes (point bleu), où Paul prêche son fameux discours à l’Aréopage (Ac 17.16-34), il arrive à Corinthe (point rouge). Là il rencontre Priscille et Aquilas. Priscille et Aquilas sont juifs, récemment expulsés de Rome par un édit de l’empereur Claude. Sûrement un édit qui résulte d’un trouble parmi les Juifs suite à l’annonce de l’Évangile à Rome.

Paul rencontre ce couple, qui fait le même métier que lui. Ils fabriquent des tentes ou peut-être, plus largement, ils travaillent le cuir. Luc nous dit que Paul « se lia avec eux » (Ac 18.2) et qu’il resta chez eux. Paul restera « un an et six mois » (Ac 18.11), période pendant laquelle il enseigna la Parole de Dieu parmi les Corinthiens.

À Éphèse

Paul veut ensuite se rendre en Syrie, à Antioche, mais veut passer avant par Jérusalem. Sur le chemin, il passe par Éphèse (point jaune) et y laisse ses compagnons de voyage, dont Priscille et Aquilas. (Ac 18.18-22)

Un Juif du nom d’Apollos, originaire d’Alexandrie, homme éloquent et versé dans les Écritures, était arrivé à Éphèse. Il était instruit dans la voie du Seigneur et, fervent d’esprit, il annonçait et enseignait avec exactitude ce qui concernait Jésus, tout en ne connaissant que le baptême de Jean. Il se mit à parler ouvertement dans la synagogue. Priscille et Aquilas après l’avoir entendu, le prirent avec eux et lui exposèrent plus exactement la voie de Dieu. Comme il voulait passer en Achaïe, les frères l’y encouragèrent et ils écrivirent aux disciples de le bien recevoir. Arrivé là, il se rendit très utile à ceux qui avaient cru par la grâce (de Dieu), car il réfutait avec vigueur les Juifs en public et démontrait par les Écritures que Jésus est le Christ. (Ac 18.24–28)

À Éphèse, Priscille et Aquilas rencontrent Apollos, un homme instruit, zélé pour Dieu et éloquent, et le prennent avec eux, pour « lui exposer plus exactement la voie de Dieu. » (Ac 18.26) D’après la lettre aux Corinthiens, une Église se rassemblait dans leur maison (1 Co 16.19: « Les Églises d’Asie vous saluent. Aquilas et Priscille, avec l’Église qui est dans leur maison, vous saluent bien dans le Seigneur. »).

À Rome et à Éphèse

On retrouve encore deux mentions de Priscille et Aquilas, une à la fin de Romains (Rm 16.3-5), où Paul reconnait le couple comme des « compagnons d’œuvre en Christ ». Là encore, une Église se rassemblait chez eux.

Une dernière mention de Priscille et Aquilas les place à Éphèse de nouveau, dans les salutations à fin de la seconde lettre à Timothée (2 Tim 4.19).

3 choses à retenir pour nous

1. Pour répandre l’Évangile, Dieu utilise la formation

Quand on parle de formation, on pourrait penser formation de responsables. Mais on peut aussi penser formation de disciple. Dans le mandat missionnaire, Jésus nous appelle à faire de toutes les nations des disciples, en allant, en les baptisant et en leur enseignant à obéir aux paroles de Jésus (Mt 28.18-20). Dieu utilise des disciples pour former d’autres disciples.

On voit très bien cette chaine de transmission dans l’histoire de Priscille et Aquilas. À Corinthe, Paul forme Priscille et Aquilas. Il reste chez eux, prend du temps avec eux, travaille avec eux. C’est un apprentissage qui ressemble presque à un stage. Paul annonce l’Évangile et forme des disciples avec Priscille et Aquilas.

Tout naturellement, à Éphèse, Priscille et Aquilas vont former à leur tour Apollos. Ceux qui ont reçu donnent à leur tour. Ce qui ont été formés deviennent des formateurs. Les disciples font des disciples.
La formation de disciple doit être une priorité de nos Églises. Je ne parle pas de programmes compliqués. Juste apprendre à connaitre Jésus dans la Bible et apprendre à le faire découvrir à d’autres.

C’est ainsi que l’Évangile se répandait au temps des Actes et continue de se répandre aujourd’hui.

2. Pour répandre l’Évangile, Dieu utilise la persécution

Si Priscille et Aquilas se sont retrouvés à Corinthe, c’est à cause d’un décret de l’empereur Claude. Ils ont été contraints de quitter l’Italie. C’est encore un mouvement étonnant que nous retrouvons dans le livre des Actes: au lieu de ralentir la propagation de l’Évangile, la persécution a accéléré sa diffusion.

La promesse d’Actes 1.8 « vous recevrez une puissance, celle du Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie et jusqu’aux extrémités de la terre. » s’accomplit à travers et par la persécution. L’évangile se répand à Jérusalem à partir de la Pentecôte (Ac 2) et après, si bien que Luc nous dit, juste avant le martyre d’Étienne que « La parole de Dieu se répandait, le nombre des disciples se multipliait beaucoup à Jérusalem, et une grande foule de sacrificateurs obéissait à la foi. » (Ac 6.7)

Après le meurtre d’Étienne, il y eut « une grande persécution contre l’Église qui était à Jérusalem; (et) tous, excepté les apôtres, se dispersèrent dans les contrées de la Judée et de la Samarie. » (Ac 8.1) et « Ceux donc qui avaient été dispersés allaient de lieu en lieu, en annonçant la bonne nouvelle de la parole. » (Ac 8.4)
Dans le mystère de sa providence, Dieu ne tolère pas seulement la persécution, mais il utilise la persécution pour que l’Évangile se répande et pour amener à lui « tous ceux qui sont destinés à la vie éternelle » (Ac 13.48), pour reprendre les paroles de l’apôtre Paul.

Bien sûr, la persécution amène l’horreur et le malheur. Mais le livre des Actes et le reste de l’Écriture nous montrent que Dieu est présent et qu’il agit au travers et par les évènements. Il s’est servi d’un complot pour sauver son peuple: à la croix, le mal et les hommes qui s’étaient ligués contre Jésus croyaient avoir vaincu. Mais la croix n’est pas une défaite, c’est la plus grande victoire de Jésus (Ac 4.27-28).

Sachons voir les évènements à la lumière de la souveraineté puissante et bienveillante de notre Dieu.

3. Pour répandre l’Évangile, Dieu utilise la migration

Dernier point, Dieu utilise la migration pour répandre l’Évangile. Parfois des personnes quittent leur pays et deviennent chrétiens dans un autre, parfois des chrétiens quittent leur pays et partent dans un autre. Le monde est en train de se redessiner et les opportunités d’atteindre des populations grandissent. Avant nous allions vers les autres peuples, maintenant les peuples viennent à nous. Je ne dis pas qu’il ne faut plus partir en mission, au contraire. Mais je dis qu’il est important de voir la migration comme une magnifique opportunité d’apporter l’Évangile à ceux qui viennent de loin et qui souvent arrivent en France abattus.

Le pasteur John Piper a dit qu’il n’y avait que 3 attitudes possibles face à la mission: 1) partir, 2) envoyer ou 3) désobéir. J’en ajoute une quatrième: accueillir.

Je conclus avec cette citation de David Bryant a dit « Tout chrétien n’est pas appelés à être un missionnaire mais chaque disciple de Christ est appelé à être un chrétien mondial ».

Nous devons tous développer une vision de la mission qui correspond au plan de Dieu pour l’ensemble de l’humanité.

Abonne-toi à ma newsletter et ne rate aucun de mes articles

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Consultez notre politique de confidentialités ici.
Pas de spam, promis. Powered by ConvertKit

Matthieu Giralt

Disciple de Jésus-Christ, Matthieu est marié à Alexandra. Il est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux et de l’Institut Biblique de Genève. Pasteur dans une Église à Étupes. Étudiant à la Faculté de Théologie Jean Calvin. Il fait aussi partie de Majestart. Ses sujets favoris? La #culture, l’#art, la #mission, et parler de Jésus!

Articles pouvant vous intéresser