Le problème avec Interstellar

Ce que j’ai pensé du film

J’ai aimé Interstellar. Peut-être moins qu’Inception. Mais j’ai eu le souffle coupé par les images de l’immensité spatiale, la musique de Hans Zimmer et j’ai beaucoup aimé le jeu des acteurs. J’ai trouvé que l’histoire aurait gagné en profondeur en développant la dimension humaine des personnages. Je pense qu’Interstellar est un bon film, porté par de bons acteurs. Mais le film a un problème…

Dans Interstellar, on retrouve la figure du messie prêt à se sacrifier pour sauver l’humanité.

Le problème avec Interstellar

Il est vrai que j’ai trouvé quelques lacunes au scénario, mais je ne veux pas parler de ça. Certains articles se penchent sur les problèmes scientifiques du film, mais je ne veux pas parler de ça. Le titre est peut-être un peu exagéré, le problème avec Interstellar n’est pas un problème nouveau. C’est un problème que tous les films du même genre partagent.

Le film a clairement une portée métaphysique. Le contraste entre l’immensité de l’espace et la fragilité de la vie humaine nous interroge sur notre place dans le monde. Mais, assez paradoxalement, le film ne s’arrête jamais, le temps de réfléchir. Le film ne traite pas non plus du « pourquoi ». Il traite beaucoup du « comment », des solutions, mais jamais des causes. Toute la dimension métaphysique est presque vidée: toutes les questions ont trouvé leurs réponses.

Le film sous-tend que le problème est ailleurs, mais pas la solution; que le problème c’est pas nous, mais que nous avons la solution. Encore plus: que nous sommes la solution. Alors que la Bible dit que nous sommes le problème et que la solution vient d’ailleurs. Interstellar joue avec l’illusion que nos connaissances et nos prouesses technologiques pourront toujours nous sauver.

Nous sommes le problème. La solution vient d’ailleurs

Pour conclure

Je l’ai déjà dit, Interstellar est un bon film. Comme tous les films de Nolan, certains crieront au génie, d’autres au scandale. Mais le film ne laissera personne indifférent. Et comme toujours, ce sera l’occasion d’échanger avec nos amis qui l’auront vu.

Nous pouvons aborder la question du spirituel à partir d’un film qui ne le fait finalement pas, malgré sa visée métaphysique. L’immensité du ciel ne laisse personne indifférent. La mort non plus. Alors que le film traite la question de la destinée de manière communautaire voire planétaire, nous pouvons replacer le curseur au niveau individuel. Et, encore une fois, partager l’Évangile!

Pour aller plus loin:

  • Vous n’avez rien compris à l’histoire? Cette infographie devrait vous aider.
  • Vous aimez la science et l’espace? Regardez cette vidéo [ENG] qui explique la science d’Interstellar.

Abonne-toi à ma newsletter et ne rate aucun de mes articles

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Consultez notre politique de confidentialités ici.
Pas de spam, promis. Powered by ConvertKit

Matthieu Giralt

Disciple de Jésus-Christ, Matthieu est marié à Alexandra. Il est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux et de l’Institut Biblique de Genève. Pasteur dans une Église à Étupes. Étudiant à la Faculté de Théologie Jean Calvin. Il fait aussi partie de Majestart. Ses sujets favoris? La #culture, l’#art, la #mission, et parler de Jésus!

Articles pouvant vous intéresser

4 thoughts on “Le problème avec Interstellar

  1. […] sommes le problème et que la solution vient d’ailleurs », souligne Matthieu Giralt, co-animateur du blogue « Notre église point com », dans une critique complémentaire de celle de Charles […]

  2. Peps Cafe dit :

    Bonjour !

    Merci pour cette critique, fort instructive.

    Pour ma part, j’ai vu le film il y a quelques jours. Je l’ai trouvé bien réalisé(j’ai déjà vu plusieurs films de Nolan, notamment « Mémento », « Insomnia » et ses deux premiers « Batman »-une préférence pour le 1), « dans l’air du temps », et, en fin de compte, « rassurant », en dépit des problématiques qu’il soulève.

    Voici mes réflexions à ce sujet : http://pepscafeleblogue.wordpress.com/2014/12/17/interstellar-la-situation-est-grave-et-desesperee-mais-rassurez-vous-on-gere/

    Fraternellement,
    Pep’s

  3. Intéressante ton analyse Matthieu. Elle ne me surprend pas de ta part et
    je la partage en substance. Je suis content de ne pas être le seul
    chrétien à avoir soulevé ce point de vue divergeant de la Bible.

    D’ailleurs,
    j’ajouterai que c’est une tendance parmi les films de science fiction
    dernièrement… je pense surtout Transcendance et à Lucy où la science est
    placé au niveau de toute puissance salvatrice. D’ailleurs Lucy et
    Interstellar partagent la recherche de l’éternité en manipulant le
    temps. Puis Lucy et Transcendance deviennent tous deux omnipotent,
    omniscient et omniprésent… tandis que dans Interstellar, il est supposé
    que l’humanité le sera éventuellement.

    Est-ce qu’on peux appeler ça la religion de l’humanisme ?

    1. Merci Joseph!
      Sur l’article de la TGC Scott Redd avait parlé de « Romantisme scientifique ».
      Pour Lucy ou Transcendance, on peut parler de « Transhumanisme », qui est proche d’une religion.

Comments are closed.

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image