Réponses à 4 arguments fréquents en faveur de l’immoralité sexuelle

L’immoralité sexuelle: En tant qu’êtres humains déchus, nous avons tendance à vouloir expliquer ou excuser notre péché. Nous le faisons tous. Cela fait partie de notre désir d’auto-justification qui ne tient pas compte du sang de Christ. Donc, voilà 4 excuses basiques que nous utilisons couramment pour justifier nos péchés sexuels, avec les réponses à ces excuses.

1. Mes choix sexuels ne font de mal à personne d’autre

J’appelle la soi-disant  » Règle d’Or ». Si ça ne blesse personne d’autre, pourquoi est-ce que cela serait un problème? Si un gars dort avec sa petite amie et que les deux sont des adultes consentants, pourquoi est-ce que l’Église devrait condamner ce comportement? Ou alors, si une femme est dans une relation sexuelle monogame avec une autre femme, pourquoi est-ce si important du moment que cela ne nuit pas à quelqu’un d’autre?

La vérité est que le péché sexuel nous nuit. C’est un péché contre notre propre corps.

Nous devons aussi nous rappeler que la véritable Règle d’Or (Aime ton prochain) est le 2ème plus grand commandement (Aime Dieu de tout ton être). Jésus a dit clairement dans l’Évangile selon Jean que ceux qui l’aiment obéissent à ses commandements (Jean 14:15). En d’autres termes , « Si vous m’aimez , obéissez-moi . »

Quand on place la Règle d’Or dans le cadre de l’enseignement biblique, on peut voir que le péché sexuel est un péché contre notre propre corps et que c’est finalement un signe de notre rébellion contre le Dieu qui nous a créés.

2. Nous sommes tous des pécheurs, alors qui es-tu pour juger ?

Chaque fois que les chrétiens annoncent le plan de Jésus pour la sexualité des êtres humains, on leur réplique souvent: « Donc vous, vous êtes parfaits ? »

Ils soulèvent un point important. La Bible nous montre que nous sommes tous pécheurs sur le plan de la sexualité. La question n’est donc pas « Est-ce que je pèche? » mais « Est-ce que je suis sur le chemin de la repentance? »

Les chrétiens ne doivent jamais se sentir supérieur aux autres. Nous sommes aussi des pécheurs. La principale différence est la repentance. Est-ce que nous nous détournons du péché pour suivre Jésus?

[NDLR : Si vous voulez en savoir plus sur cet argument, lisez Y’a qu’Dieu qui peut m’juger]

3. Jésus n’a jamais parlé d’homosexualité

Cette objection n’est qu’à moitié vraie. Jésus n’a pas parlé explicitement de ce sujet en particulier, d’après ce qu’en rapporte la Bible. Mais, dans un sens, Jésus a répondu à cette question.

Dans l’évangile selon Matthieu 15:18-19, nous pouvons lire:

Mais ce qui sort de la bouche vient du cœur, et c’est cela qui rend l’homme impur. Car, c’est du cœur que proviennent les mauvaises pensées qui mènent au meurtre, à l’adultère, à l’immoralité, au vol, aux faux témoignages, aux calomnies, aux blasphèmes. (Semeur).

Le mot « immoralité » parle de l’immoralité sexuelle et englobe toutes sortes de comportements sexuels condamnés dans l’Ancien et le Nouveau Testament.

En outre, quand il a été interrogé sur la question du divorce, Jésus revient à la conception voulue par Dieu pour sa création dans les liens qui unissent l’homme et la femme. Dans le Sermon sur la montagne, Jésus se base sur l’interprétation de l’Ancien Testament concernant la norme de vie morale et nous appelle même à aller au-delà en nous exhortant à fuir la luxure.

4. La promiscuité sexuelle est commune dans la nature

Parfois, certaines personnes condamnent la fidélité entre un mari et sa femme (monogamie) ou alors la vision chrétienne concernant l’homosexualité en se référant à la nature. À partir du moment où les animaux ne sont pas monogames et qu’il y a même des animaux qui ont des relations sexuelles homosexuelles, pourquoi est-ce qu’on condamnerait l’adultère ou l’homosexualité ou le sexe hors mariage? Si ça existe dans la nature, c’est que ça doit être naturel.

Ce courant de pensée rabaisse la dignité des êtres humains en sous-entendant que nous ne vivons que pour l’acte sexuel. Si nous retournons cet argument, nous pouvons aboutir à des conclusions effrayantes. Chez certains insectes, une fois que le mâle a fécondé la femelle, celle-ci se retourne contre lui et le dévore. Est-ce que nous voulons ça comme norme pour les humains?

Se référer à la nature pour justifier n’importe quel comportement sexuel immoral est une impasse. Cela nous conduit à rabaisser la dignité des autres personnes, rien de moins.

Cet article est une traduction d’un article paru sur le site de la Gospel Coalition.
L’auteur, Matt Chandler, est pasteur principal pour l’enseignement à The Village Church à Dallas et membre du Conseil de The Gospel Coalition.
Merci à Guillaume Muller pour la traduction.

Abonne-toi à ma newsletter et ne rate aucun de mes articles

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Consultez notre politique de confidentialités ici.
Pas de spam, promis. Powered by ConvertKit

Matthieu Giralt

Disciple de Jésus-Christ, Matthieu est marié à Alexandra. Il est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux et de l’Institut Biblique de Genève. Pasteur dans une Église à Étupes. Étudiant à la Faculté de Théologie Jean Calvin. Il fait aussi partie de Majestart. Ses sujets favoris? La #culture, l’#art, la #mission, et parler de Jésus!

Articles pouvant vous intéresser

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image