Quelle sorte de terre es-tu?

J'écoutais récemment une prédication de Matt Chandler sur le passage de Ja 1.2-18, qui parle des épreuves. Dans cette prédication, il citait A. W. Tozer, dont j'ai trouvé la traduction en français.

Comment les souffrances produisent du fruit dans notre vie? Tozer répond en prenant une image tirée de l’agriculture:

Nous avons ici deux sortes de terres : une terre inculte et une terre labourée par la charrue.


La terre en friche est béate, satisfaite, protégée du choc de la charrue et de l’action énergique de la herse. Un tel champ, laissé à son état naturel année après année, devient le lieu de prédilection de la corneille et du geai bleu. Si ce champ était doué d’intelligence, il pourrait s’enorgueillir de sa réputation. En effet, il offre la stabilité; il a été adopté par la nature elle-même; on peut compter sur lui pour rester tel qu’il est, alors que les terres environnantes passent du brun au vert et du vert au brun. Sûr et paisible, il se vautre paresseusement au soleil, offrant l’image d’un contentement béat. Cependant, il paie un prix élevé pour sa tranquillité : jamais il ne voit le miracle de la croissance; jamais il ne sent le mouvement de la vie en formation, ni les merveilles de l’éclosion de le semence, ni la beauté du grain mûrissant. Il ne saura jamais ce que c’est que du fruit, parce qu’il a peur de la charrue et de la herse.


En opposition à ce triste tableau, le champ cultivé s’est abandonné à l’aventure de la vie. La barrière protectrice s’est ouverte pour laisser passer la charrue, et la charrue est venue comme toutes les charrues : pratique, cruelle, tranchante et pressée. La paix a été rompue par les cris du fermier et le bruit des machines. Le champ a senti les douleurs de la transformation; il a été dérangé, retourné, meurtri et brisé; mais ses souffrances seront bientôt récompensées. La lumière du jour voit émerger de la terre le miracle de la vie, pousse minuscule curieuse de voir et d’explorer le nouveau monde au-dessus d’elle. Partout dans le champ la main de Dieu est à l’œuvre dans ce travail de création séculaire et cyclique. De nouvelles choses naissent pour grandir, mûrir et accomplir la grande prophétie latente déposée dans la graine au moment où elle a été enfouie dans la terre.


Oui, en vérité, la charrue précède les merveilles de la nature.


Lire la suite

Matthieu Giralt

Disciple de Jésus-Christ, Matthieu est marié à Alexandra. Il est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux et de l’Institut Biblique de Genève. Pasteur dans une Église à Étupes. Étudiant à la Faculté de Théologie Jean Calvin. Il fait aussi partie de Majestart. Ses sujets favoris? La #culture, l’#art, la #mission, et parler de Jésus!

Articles pouvant vous intéresser