Comment produire un art authentique tout en ayant un témoignage fidèle (2/2): pistes pratiques

La semaine dernière, nous avons établi la définition d'un art authentique dans la pensée de Calvin Seerveld. Nous avons également déterminé en quoi consistait un témoignage fidèle pour l'artiste chrétien.

Dans cet article, je vous propose cinq pistes pratiques pour les artistes chrétiens.

1. Résolu à voir comme Dieu voit

C’est le cas pour tout le monde: ce que nous exprimons révèle ce qu’il y a au fond de nous. Aussi, l’artiste exprime ce dont son cœur est plein (Mt 12.34). Plus nous cultivons notre cœur en le nourrissant ce qui est bon (Ph 4.8), plus nous produirons un art juste, c’est à dire qui reflète la vision biblique du monde.

Autrement dit, l’artiste chrétien doit cultiver sa vision du monde biblique et présenter ce mélange de « halo de gloire et de souffrance ». Dans sa production, on doit percevoir les échos d’un monde autrefois parfait, aujourd’hui perdu, que l’on aspire à retrouver. Plus l’artiste développe sa vision du monde et plus sa production artistique sera en phase avec ce que Dieu dit dans sa révélation. C’est la base d’un témoignage fidèle: dire la même chose que Dieu sur le monde.

L’artiste chrétien est donc premièrement un étudiant des Écritures. Là, il apprend à voir le monde comme Dieu le voit. À discerner ce que l’œil humain ne voit pas, mais que la foi révèle. Peu à peu, il développe une vision de plus en plus aiguë et sensible à la fois à l’horreur du péché et à la beauté de la grâce de Dieu.

2. Résolu à cultiver l’excellence

Francis Schaeffer, dans son livre Art and the Bible, présente l’excellence technique comme le premier des critères qu’il avance pour juger d’une œuvre d’art. L’excellence technique n’est pas propre à l’art produit par un chrétien, mais une composante essentielle de l’art en général. Il explique

En reconnaissant l’excellence technique comme un aspect d’une œuvre d’art, nous sommes souvent capables de reconnaitre que même si nous ne sommes pas en accord avec tel ou tel aspect de la vision du monde d’un artiste, il est néanmoins un grand artiste.

Francis Schaeffer, Art and the Bible, p. 62

L’art est un savoir-faire et requiert un ensemble de techniques que l’artiste doit maitriser. Quelque soit son médium, l’artiste va utiliser la technique pour créer. Il est donc nécessaire qu’il maitrise cette technique. Mais je dirais que la barre est encore plus haute pour l’artiste chrétien. Non seulement il y a cette nécessité inhérente à l’art, mais le destinataire ultime de toute activité doit nous pousser à l’excellence. Parce que tout ce que nous faisons, nous le faisons pour le Seigneur (Col 3.23), il n’y a pas de place pour la médiocrité dans notre pratique artistique.

3. Résolu à assumer ma responsabilité

Comme l’a dit un philosophe contemporain (Benjamin Parker, l’oncle de Peter Parker), « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. »

Shane Saxon explique:

Les artistes ont cette incroyable capacité à prendre la Vérité et à la rendre belle. Nous savons tous, de manière intellectuelle, que le courage est mieux que la lâcheté, mais seul Shakespeare pouvait me faire détester la lâcheté, à travers le discours poignant d’Henri V. Nous savons tous, de manière intellectuelle, que l’amour sacrificiel est la plus grande forme d’amour, mais seule J. K. Rowling (attention SPOILER) pouvait me faire pleurer quand Harry meurt pour ses amis.

Sans tomber dans une visée Romantique qui ferait de l’artiste un être à part, voire spécial, nous pouvons néanmoins reconnaitre que l’art est particulier. Il a cette capacité de parler à l’homme en reflétant ses luttes, ses joies, ses espoirs et ses doutes avec force.

L’artiste chrétien doit reconnaitre cette particularité, sans être poussé à l’orgueil. Au contraire, conscient de cette responsabilité et de cette opportunité, il cherchera à assumer cette responsabilité avec les dons que Dieu lui a confiés.

4. Résolu à dire la vérité sur le monde

Un autre grand philosophe, le Dr House a déclaré « Tout le monde ment. » C’était un motif récurrent de la série: à chaque épisode (ou presque), Gregory House grattait la surface pour découvrir la vérité sur ses patients. Il savait que bien souvent, ces derniers mentaient pour protéger leur réputation, par honte, ou encore pour protéger un proche.

Mais c’est vrai dans la vraie vie. Tout le monde ment. On embellit ce qui est faux pour que ça passe mieux. Ou encore on évite de parler de ce qui ne va pas, moins par pudeur que par indifférence. On ne dit pas toujours tout ou pire, on détourne la vérité pour que la gloire nous revienne. Bref, on essaye toujours d’arranger la vérité pour qu’elle nous arrange.

Mais pas l’artiste chrétien. Il est intègre. Il dit la vérité sur le monde. Il reflète le plus justement possible la vision du monde biblique (voir point 1). Il dénonce ce qu’il faut dénoncer. Il rend à Dieu ce qui lui revient. Il célèbre sa bonté et sa justice.

5. Résolu à vouloir bénir mon prochain

Dans son livre sur la productivité, Tim Challies donne une piste pour glorifier Dieu: bénir notre prochain. Comme tout ce que nous pensons, disons ou faisons, notre pratique artistique veut bénir notre prochain.

La production artistique peut se concentrer sur plusieurs cibles:

  • Centré sur l’artiste, la production artistique aura pour but de lui construire une réputation, ou encore de faire grandir sa popularité. Peut-être même que le but sera de s’inscrire dans le marché de l’art avec tous ses enjeux financiers et politiques.
  • Centré sur l’œuvre, l’artiste cherchera à exprimer toute sa virtuosité et à mettre en avant son excellence technique. Nous avons vu que c’est une bonne chose (voir point 2), mais quand elle devient la fin plutôt qu’un moyen, l’excellence technique perd son utilité.
  • Enfin, l’artiste peut penser en premier aux spectateurs. Au final, sa production est plus qu’un moyen d’exprimer son talent, c’est aussi un moyen de communiquer quelque chose. Et ce qu’il voudra communiquer sera informé par sa vision du monde (voir point 1).

Dans la ligné de la pensée de Calvin Seerveld, l’artiste chrétien a pour but de bénir son prochain. Cela passe par un art authentique et un témoignage fidèle. C’est cette forme d’art qui est un art rédempteur.

Matthieu Giralt

Disciple de Jésus-Christ, Matthieu est marié à Alexandra. Il est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux et de l’Institut Biblique de Genève. Pasteur dans une Église à Étupes. Étudiant à la Faculté de Théologie Jean Calvin. Il fait aussi partie de Majestart. Ses sujets favoris? La #culture, l’#art, la #mission, et parler de Jésus!

Articles pouvant vous intéresser

>